Dans le titre, je cite les films en illimité, mais ça pourait être toute la culture dématerialisé en illimité. 

Pourquoi ne pas nous faire une plateforme de streaming attractive, plutôt que dépensser des Million dans hadopi et de subventionner les stars ?

ça fait 20 ans que je le dit.

Netflix et compagnie étaient une évidence. On aurait pu les devancer avec des années de developement, de captation de marché et des millions d’euros d’avances.

Proposer une offre légale plus attractive en termes de service que l’offre illégale est plus efficace que de jouer sur la peur. Il y a un gros travail à faire sur les algorithmes de suggestions, de filtres (notes amis, durées …) et autres options tel que les recommandations entre amis, le reseau social, le partage d’avis, le streaming en Visio conférence, les sous-titres à trous pour apprendre une langue, les résumés calibrés, la médiathèque personnelle et j’en passe.

Qui voudrait se contenter des platformes illegals qui en comparaisons seraient obsolettes ? Exepté ceux qui n’ont pas les moyens.

Le streaming musical a asséché le piratage dans sont domaine. 

Il est préférable d’avoir une politique tarifaire attractive et plus de clients, le travail reste le même.

Si l’industrie culturel peut avoir le même bénéfice en proposant de l’illimité autant proposer de l’illimité. 

Le budjet des français par mois dans la cultures êtait en 2014  à 49% de 25€ ou moins, pour 29% entre 26 et 50€, et pour 14% plus de 50€ par mois. ça comprend la musique, les films, les livres, les bandes dessinées et même les jeux vidéo. Les produits materiels et dématerialisés et les produits d’occasions qui ne rapportent plus vraiment aux auteurs. Donc de l’illimité sur le dématérialisé ne couterait pas cher. 

voir: https://www.afjv.com/news/3828_produits-culturels-8-francais-sur-10-depensent-50-par-mois.htm

Prenons une deuxième étude indépendante de la première et directement chez Hadopi.

Le sondage de hadopi 2019,  éstime le panier moyen menssuel à 17€. 29€ à partir de 1€ dépenssé. 

Ils ne comptent pas ce qu’on appel dans le jargon les grosses baleines. Les rarent consomateurs qui dépenses plus de 300€ par moi.

Il faut prendre en compte que c’est un panier moyen pour la culture, ce n’est pas limité aux films et ceux qui dépense plus de 300€ par mois sont déjà d’une certaine manière en illimité. Donc si on récupère l’argent d’une autre manière. Ils ne payeraient pas plus qu’aujourd’hui.

Sur support physique les créateurs touchent un faible pourcentage.

La promotion sur internet coute beaucoup moins cher, surtout sur sa propre plateforme. La distribution aussi. Fasse aux bénefices on est proche de la gratuité.

Il faut aussi prendre en compte que le milieu du cinéma est un milieu tres aisé.

À moins qu’il y ait un paramètre qui m’échappe. On est larges.

https://www.hadopi.fr/sites/default/files/sites/default/files/ckeditor_files/2019_12_05_Barometre_consommation_presentation_synthese_publication.pdf

L’ offre peut etre si attractive qu’on économise des millions d’euros de protection antipiratage. Protéction, qui en plus n’est pas éfficasse. 

 

On peut utiliser le Protocol p2p pour du Streaming vidéo avec des frais d’infrastructure minime. Basées sur un gros serveur de stockage, les connexions des clients qui sont aujourd’hui principalement fibrés permettent une bonne qualité de service pour un prix dérisoire.

Si ça coutait cher, les sites pirates de telechargement P2P ou de streaming P2P ne le proposeraient pas gratuitement.

En simplifiant: Le film est telechargé depuis le serveur par le 1er utilisateur. Premier utilisateur qui envoie la video receptionné en même temps à au moins 4 autres utilisateurs qui l’envoient à leur tour à 4 autres utilisateurs et ainsi de suite.

Ça se fait en toute transparence pour l’utilisateur et ça ne coute que le prix du serveur pour l’envoi au 1er utilisateur, l’envoie au autres utilisateurs coute 0€.

Pour un service de qualité, le serveur envoie le film à plusieurs utilisateurs en même temps, les utilisateurs peuvent visioner le film dés le début du telechargement. Et il y a un croisement des connexions entre les branches d’utilisateurs pour que si des utilisateurs quittent le film, il n’y ai pas de coupures pour les autres.
Une partie de la vidéo est en cache, il y a le temps de se connecter à d’autres sources…

Avec la chronologie des médias, les plateformes illégales proposent les films avant leurs sorties légales, pas sûres que ce soit judicieux.

Ce que veux l’industrie culturel, c’est augmenter le panier moyen. Ce n’est pas la diffusion de la culture.

Même sous l’angle fiancier, il est possible d’augmenter le panier moyen en proposant de l’illimité. Avec des palliers de temps , de qualité … mais ça ne serait plus le même éspris. 

Plus il y aura de créations et plus il y aura de gens pour s’épanouir avec, plus le milieu de la culture aura réussi son boulot.

L’ humain s’épanouit plus de la reconnaissance sociale que de par les lingots d’or.